lundi 26 janvier 2015

Service Portes & Automatismes

Grève victorieuse contre la dégradation des conditions de travail !!! 
 
écrit par  le collectif  CGT Schindler Ile de France  le 26/01/2015

L’ensemble des techniciens de l’agence Portes & Automatismes Île-de-France, à Arcueil (94), était en grève depuis le lundi 19 janvier au matin. Ce mouvement a été déclenché en réaction à la dernière mouture du projet d’aménagement du temps de travail 2015 présenté par la direction.

Ce nouveau projet prévoyait la mise en place d’un système d’horaires décalés, qui devait obliger les techniciens à assurer à tour de rôle, chaque semaine, un créneau entre 10h et 18h47, du lundi au dimanche !

Ces mêmes salariés avaient déjà signifié à la direction à maintes reprises leur volonté de conserver les horaires de travail actuels. Déjà que les conditions de travail se dégradent régulièrement, il n’était pas question que leur vie de famille en pâtisse également.

Lors de la première discussion avec le directeur d’agence, les salariés ont vite compris que la volonté de l’entreprise était de les faire travailler plus en gagnant moins. L’objectif réel de ces horaires décalés, présentés comme une amélioration du service apporté aux clients, était de ne pas payer les heures supplémentaires réalisées en fin de journée.

Au soir du troisième jour de grève et après plus de quatre heures de négociations la direction a finalement reculé :
- Maintien de l’horaire de 8 heures à 16h47 pour tous, samedis et dimanches compris ;
- Le projet de permanence de 7 heures à 19 heures les samedis et dimanches est supprimé ;
- Un test de trois mois sera mis en place avec deux techniciens volontaires pour un horaire décalé de 10 heures à 18 heures 47 en semaine ;
- En cas d’absence, ces volontaires seront remplacés sur la base du volontariat ;

C’est une belle victoire sur la direction qui ne voit que son portefeuille et qui ne pense jamais aux conditions de travail et de vie des salariés. Une belle preuve de solidarité à prendre en exemple !





Il n’y avait pas que de la crème à Chantilly !!!
Lundi 19 et mardi 20 janvier, tous les ingénieurs commerciaux et les chefs de la zone Île-de-France se sont retrouvés au château de Chantilly pour le traditionnel séminaire annuel. Après les belles paroles de la soirée Zone du vendredi, fini de rigoler ! La direction est passée aux choses sérieuses et a sorti la boîte à gifles, mettant un gros coup de pression. Seuls les Escaliers Mécaniques, qui ont raflé 3 récompenses, s’en sortent bien (la direction en tout cas, parce que les salariés attendent toujours la reconnaissance promise par le directeur de zone). Le discours des dirigeants est clair : tout le monde au garde-à-vous, le doigt sur la couture, sinon c’est la porte !

Alexis Gruss avait bien raison : il y a beaucoup de ressemblance entre les ascenseurs et le cirque, pour faire marcher tout le monde au pas, la direction n’hésite pas à distribuer des coups de fouet !!!

Cadre, tu as intérêt à bien lever la papatte, sinon tu dégages !!!

dimanche 25 janvier 2015

Dialogue social sauce patronale : provocation et recul des droits des salariés

L’ultime séance de négociation sur la « modernisation du dialogue social » s'est soldée sur une échec.

Le Medef présentait un nouveau texte qui n’a pratiquement aucun changement par rapport au précédent. Toujours moins d’élus au service des salariés, avec moins de délégations dans la grande majorité des entreprises.

La provocation est aussi de mise : le patronat supprime l’enquête en cas de danger grave et imminent pour les salariés et introduit la possibilité, par accord d’entreprise, de s’exonérer de la commission HSCT dans les entreprises de plus de 300 salariés.

La fusion DP, CE, CHSCT est maintenue et la disparition de 67 % des CHSCT des entreprises est toujours à l’ordre du jour. Aujourd’hui 0,2% de la masse salariale est affecté au fonctionnement du seul comité d’entreprise. Demain, si ce texte passe, la même somme financera le fonctionnement de 3 instances. Le budget des activités sociales et culturelles serait également en baisse.

Concernant les salariés des très petites entreprises (TPE) le Medef maintient son dispositif bancal et inopérant. On ne peut employer une belle formule d’universalité de droit à la représentation des salariés sans en créer les conditions. Malgré les propositions novatrices de la CGT, ce projet est très insuffisant pour construire une vraie représentation des salariés des TPE, que ce soit en termes de démocratie, de financement, de prérogative des commissions.

Ce texte est inacceptable. Tout cela se traduit par des moyens en moins pour les salariés et leur pouvoir d’intervention dans l’entreprise à travers leurs élus.

Y a-t-il un syndicat pour accepter cela ?

La CGT va continuer à faire des propositions, demain et par la suite.

Il n’y a pas de citoyenneté dans la cité sans citoyenneté au travail, celle-ci bien que faible est largement mise à mal par le Medef. « Travaille et tais-toi ! » C’est le moyen-âge, il est tant que le Medef comprenne que nous sommes au XXIe siècle !

jeudi 22 janvier 2015

Service Portes Schindler : grève victorieuse sur les horaires !!!


écrit par  le collectif  CGT Schindler Ile de France  le 22/01/2015

L’ensemble des techniciens de l’agence Portes & Automatismes à Arcueil (94) était en grève depuis le lundi 19 janvier au matin. Ce mouvement a été déclenché en réaction à la dernière mouture du projet d’aménagement du temps de travail présenté par la direction.

Ce nouveau projet prévoyait la mise en place d’un système d’horaires décalés, qui devait obliger les techniciens à assurer à tour de rôle, chaque semaine, un créneau entre 10h et 18h47, du lundi au dimanche !

Ces mêmes salariés avaient déjà signifié à la direction à maintes reprises leur volonté de conserver les horaires de travail actuels. Déjà que les conditions de travail se dégradent régulièrement, il n’était pas question que leur vie de famille en pâtisse également.

Lors de la première discussion avec le directeur d’agence, les salariés ont vite compris que la volonté de l’entreprise était de les faire travailler plus en gagnant moins. L’objectif réel de ces horaires décalés, présentés comme une amélioration du service apporté aux clients, était de ne pas payer les heures supplémentaires réalisées en fin de journée.

Au soir du troisième jour de grève et après plus de quatre heures de négociations la direction a finalement reculé :
• Maintien de l’horaire de 8 heures à 16h47 pour tous, samedis et dimanches compris;
• Le projet de permanence de 7 heures à 19 heures les samedis et dimanches est supprimé ;
• Un test de trois mois sera mis en place avec deux techniciens volontaires pour un horaire décalé de 10 heures à 19 heures en semaine ;
• En cas d’absence, ces volontaires ne seront pas remplacés ;

C’est une belle victoire sur la direction qui ne voit que son portefeuille et qui ne pense jamais aux conditions de travail et de vie des salariés. Une belle preuve de solidarité à prendre en exemple.

mercredi 21 janvier 2015

Schindler: prévisions de bénéfices 2014 revues en hausse à 900 mio CHF

Zurich (awp) - Le fabricant d'ascenseurs et escaliers mécaniques Schindler a annoncé lundi un relèvement de ses prévisions de bénéfice net à 900 mio CHF pour l'exercice 2014. Lors de la publication des chiffres du troisième trimestre, la société lucernoise prévoyait un résultat net dans une fourchette entre 815 mio à 865 mio CHF.


Cette hausse est imputable à un résultat financier solide, indique Schindler dans un communiqué. Les chiffres du quatrième trimestre devraient être conformes aux prévisions.

Schindler va publier son rapport annuel 2014 le 13 février.

Les investisseurs ont bien accueilli ces annonces, gratifiant le bon de participation d'une hausse de 3,1% à 131,20 CHF, dans un SLI en progression de 2,74%.

La Banque cantonale de Zurich (ZKB) a estimé que le relèvement du bénéfice était légèrement positif. Elle montera ses prévisions de résultat pour le groupe, qui sont actuellement à 881 mio CHF.

En tant qu'entreprise exportatrice, Schindler est également touchée par les récentes fluctuations des monnaies, ont commenté les intervenants. Etant donné les incertitudes liées à la récente hausse du franc, il ne faut pas prévoir de résultat extraordinaire.

Vontobel a ramené l'objectif de cours à 130 CHF, contre 140 CHF précédemment, maintenant la recommandation à "hold".

fr/al

(AWP / 19.01.2015 10h38)

mardi 20 janvier 2015

Démocratie sociale 2014

Une négociation interprofessionnelle nationale sur le dialogue social et la représentation des salariés s’est ouverte à l’automne 2014. Elle s’appuie sur un document d’orientation produit après la Conférence sociale de juillet dernier. C’est l’occasion historique de faire le point sur la mise en œuvre du droit fondamental pour chaque travailleur de s’exprimer sur son travail et de participer, par l’intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail, ainsi qu’à la gestion des entreprises.

Dernière mise à jour : 19 janvier 2015
La dernière séance de négociations les 15 et 16 janvier a confirmé toutes les craintes manifestées par la CGT concernant la volonté du Medef de proposer une instance unique de représentation, appelé « conseil d’entreprise » fusionnant les mandats de CHSCT (Comités Hygiène Sécurité, Conditions de travail), Comités d’Entreprise, et Délégués du Personnel.

Les Délégués Syndicaux restant une instance à part, mais devant être désignés parmi les élus et siégeant uniquement au sein du conseil d’entreprise. Le CHSCT disparaitrait en tant que personne morale : il deviendrait une simple commission, facultative qui plus est, du conseil d’entreprise. Son budget, qui était celui de l’entreprise dans lequel il puisait selon ses besoins, serait donc désormais confondu avec celui du conseil d’entreprise. Pour la CGT, il s’agit d’un "laminage des droits des salariés, moyens et prérogatives de ces instances".. La CGT entend défendre les CHSCT et lance une motion qu’elle propose à la signature des syndicats des entreprises pour "maintenir et conforter les CHSCT"

Le Medef entend ainsi imposer un type de syndicalisme de plus en plus éloigné des salariés en réduisant de cette manière le nombre des mandats et crédits d’heures mis à disposition des représentants élus dans les entreprises. A titre d’exemple, dans les entreprises de 100 à 124 salariés les syndicats perdraient de 6 élus et de 600 heures annuelles. dans les entreprises de 500 à 749 salariés, la perte serait de 5 élus et de 396 heures annuelles.

Quant aux millions de salariés des TPE pour lesquels la CGT revendique des véritables nouveaux droits à être représentés, le Medef propose un dispositif bancal et inopérant pouvant déboucher sur des commissions paritaires régionales sans représentants dûment élus par les salariés, sans prérogatives réelles pour ces représentants afin de répondre aux attentes des salariés des TPE. Ces commissions régionales ne disposeraient d’aucun moyen pour fonctionner.

Dans cette négociation, la délégation CGT est porteuse de propositions novatrices qu’elle a rendues publiques lors d’un point de presse le 13 novembre 2014.
Pour nous, cette négociation interprofessionnelle doit traiter de la qualité et de l’efficacité du dialogue social dans les entreprises et de l’amélioration de la représentation des salariés. Une question nécessite de trouver des réponses : comment faire en sorte que ce dialogue social soit utile aux salariés individuellement et collectivement ?